6 may. 2014

Louis Aragon: Poemas de capa y espada (bilingüe)






Los caballeros del huracán se enganchan en los postigos de los comercios
Vuelcan los jarros de leche como simples alfeñiques
Giran alrededor de las cabezas
Van a apoyarse con nostalgia en la bola pilosa de los peluqueros

          Caballeros del huracán
          qué habéis hecho de vuestros guantes

Al azar por los barrios que ellos perturban
Suben entre las casas

Hacia arriba hacia abajo hacia arriba hacia arriba
Suspiran en las buhardillas
Suspiran en los respiraderos

          Caballeros del huracán
          Pero dónde pero dónde dejasteis vuestros guantes

Uno se aleja otro se aproxima
son dos bien lo veo
El que se aleja es San Sebastián
El que se aproxima es un pagano

          Caballeros del huracán
          Qué intrigantes que sois

San Sebastián se arranca algunas flechas
El pagano las recoge y las lame
San Sebastián lleva el reloj en la muñeca
Las tres y diez

          Caballeros del huracán
          Dónde dónde dónde dejasteis vuestros guantes

Uh Uh en las chimeneas
Las tres y once actualmente
Hace rato que no hay trenes subterráneos
Qué vais a buscar en los sótanos

          Caballeros del huracán
          Quizás hayáis perdido vuestros guantes

Aquí dejé mi corbata
Me responde San Sebastián
El pagano nada dice
Sin duda ha extraviado su corbata

          Caballeros del huracán
          Los guantes han caído a la alcantarilla

Uno observa el momento actual
El otro tiene recuerdos en los oídos
Uno alza vuelo y el otro muere
La noche se abre y muestra las piernas

          Caballeros del huracán
          Caballeros extravagantes


Poèmes de cape et d'épée - Ballade

Les chevaliers de l'ouragan s'accrochent aux volets des boutiques
Ils renversent les boîtes à lait comme de simples mauviettes
Ils tournent autour des têtes
Ils vont nostalgiquement s'appuyer à la boule barbue des coiffeurs

          Chevaliers de l'ouragan
          Qu'avez-vous fait de vos gants

Au hasard des quartiers qu'ils ébranlent
Ils montent entre les maisons
En haut en bas en haut en haut
Ils soupirent dans les soupentes
Ils soupirent aux soupiraux

          Chevaliers de l'ouragan
          Mais où mais où avez-vous mis vos gants

L'un s'éloigne l'autre s'approche
Ils sont deux je le vois bien
L'un s'éloigne c'est Saint Sébastien
L'autre s'approche c'est un païen

          Chevaliers de l'ouragan
          Comme vous êtes intrigants

Saint Sébastien arrache un peu ses flèches
Le païen les ramasse et les lèche
Saint Sébastien porte l'heure à son poignet
Trois heures dix

          Chevaliers de l'ouragan
          Où où où avez-vous mis vos gants

Hou hou dans les cheminées
Trois heures onze à présent
Il n'y a plus de métro depuis longtemps
Qu'allez-vous chercher dans les caves

          Chevaliers de l'ouragan
          Auriez-vous perdu vos gants

Ici j'ai mis ma cravate
Me répond Saint Sébastien
Le païen le païen ne dit rien
Il a l'air d'avoir égaré sa cravate ma parole

          Chevaliers de l'ouragan
          A l'égout s'en vont les gants

L'un regarde le présent
L'autre a des souvenirs dans les oreilles
L'un s'envole et l'autre meurt
la nuit s'ouvre et montre ses jambes

          Chevaliers de l'ouragan
          Chevaliers extravagants



De Le mouvement perpétuel (1919/1926)
Traducción de Aldo Pellegrini
en Antología Surrealista
Biblioteca básica Universal, 1970
Foto: Louis Aragon at home with a photograph of his partner, poet, translator and writer Elsa Triolet, behind him by William Karel Paris 1981 / Corbis